ACTUALITÉ - Renault

25 juillet

Une dizaine de suicides chez Renault en quatre ans

26 juin

Stop à l’exclusion des cadres des NAO : SUD saisit la justice

13 juin

La destruction du Code du travail ne se négocie pas, elle se combat

24 avril

Barèmes de rémunération 2017

5 avril

Tentative de suicide chez Renault Sandouville


28/03/17 - Si t’as pas tes stock-options, t’as pas de talent !

12/03/17 - Bilan social Renault Guyancourt 2016 : pas de quoi pavoiser !

8/03/17 - Le 8 mars, cessons le travail pour les droits des Femmes

21/02/17 - NAO : SUD dit stop à l’exclusion des cadres

20/02/17 - NAO 2017 : des miettes malgré des résultats record

7/01/17 - Jackpot de Noël pour Carlos Ghosn

6/01/17 - Nouvel accord compétitivité Renault : la version finale du texte

14/12/16 - 9ème réunion compétitivité : une première synthèse de l’accord toujours aussi indigeste

29/11/16 - Accord compétitivité Renault : un bon flyer vaut mieux qu’un long discours !

16/11/16 - 6ème réunion Compétitivité : la direction à la manoeuvre

8/11/16 - 5ème réunion Compétitivité : enfumage sur l’emploi

26/10/16 - 4ème réunion Compétitivité : des projets complets de véhicules sous-traités dans l’Ingénierie

20/10/16 - 3ème réunion Compétitivité : Toujours plus de flexibilité !

11/10/16 - Accord compétivité 2016 : calendrier des annonces de la direction

7/10/16 - Résultats des élections au conseil d’administration

6/10/16 - 2ème réunion Compétitivité : moins de départs et trop peu d’embauches

4/10/16 - 1ère réunion Compétitivité : 1ers rounds

24/09/16 - Des administrateurs salariés incolores et inodores

24/09/16 - Un conseil d’administration sous influence

20/09/16 - Un salarié de Renault Douai se suicide en mettant en cause Renault

12/09/16 - Accord de compétitivité : le calendrier des négociations

12/09/16 - Elections CA : la profession de foi des candidats SUD

7/09/16 - Plus de version Diesel pour la future Clio ?

17/08/16 - Vers un nouvel accord de compétitivité à Renault : le digital comme prétexte

26/07/16 - Douai : Renault recrute 900 personnes... en CDD

8/07/16 - La SOVAB recherche 400 intérimaires

16/06/16 - Elections au Conseil d’administration du groupe Renault

9/06/16 - La mutuelle obligatoire Renault évolue

6/06/16 - Guyancourt/Aubevoye : élections CHSCT le 17 juin

31/05/16 - Non à la répression à l’usine de Renault de Maubeuge (MCA)

28/05/16 - Intervention policière devant Renault Douai

10/04/16 - Désamiantage : les anciens salariés de Renault se disent trahis

21/10/14 - Pétition Mutuelle

19/09/12 - ELECTIONS CA 2012

10/04/12 - Les cahiers d’alter 2012

20/02/12 - Au ralenti en France RENAULT s’intalle au Maroc

5ème réunion Compétitivité : enfumage sur l’emploi

Publié le 8 novembre 2016 par cmo


Version imprimable de cet article


Dans le cadre d’une nouvelle cure de compétitivité dans les sites du groupe Renault en France, une 5ème réunion de négociation a eu lieu vendredi 4 novembre 2016.

Lors de cette réunion, la direction de Renault s’est dite prête à recruter 3000 personnes en CDI (Contrat à Durée Indéterminée) sur 3 ans de 2017 à 2019, soit sur la durée du nouvel accord de compétitivité.

Chute des effectifs en usine

La moitié de ces recrutements se ferait dans les sites industriels, l’autre moitié dans les sites d’Ile de France (Ingénierie/tertiaire : Technocentre, Lardy, Plessis...).

Dans le même temps, la direction de Renault veut réduire d’au moins 50 % le nombre d’intérimaires par rapport à fin 2016. 4500 intérimaires seraient ainsi mis en fin de contrat sur 9000.

Les Dispenses d’Activité Carrières Spécifiques (DACS) vont également continuer. Ce dispositif permet aux salariés qui ont travaillé au moins 15 ans en équipe de quitter l’entreprise 3 ans avant leur droit à une retraite à taux plein.

La direction s’est bien gardée de donner le nombre de salariés susceptibles de partir en DACS dans les 3 prochaines années. Ce dispositif concerne surtout les ouvriers d’usine (APR selon le statut Renault). Or selon le bilan social Renault sas de 2015, 2000 APR avaient plus de 55 ans fin 2015, ce qui donne un ordre de grandeur du nombre potentiel de DACS.

En fait, l’annonce des 3000 recrutements largement relayé dans les médias dissimule une perte de 3 à 5000 emplois sur les sites industriels dans les 3 prochaines années (1500 embauches en CDI - 4500 intérimaires virés - 2000 DACS).

Cette baisse d’effectifs correspond à la volonté de Renault d’augmenter la productivité des sites industriels français, avec un objectif de 90 véhicules produits par salarié et par an (à volume de production égal), au lieu de 64 en moyenne aujourd’hui.

Cette hausse de la productivité serait permise par un renforcement de la robotisation, mais surtout par l’augmentation des cadences et de la flexibilité, avec ses conséquences désastreuses sur les conditions de travail.

Externalisation dans l’Ingénierie/Tertiaire

Dans l’Ingénierie/Tertiaire, la situation n’est guère plus brillante.

Certes contrairement à la Fabrication, Renault annonce son intention d’y maintenir les effectifs. Mais cette stabilisation interviendrait après la perte de plusieurs milliers d’emplois consécutive au premier accord de compétitivité de 2013.

Plutôt qu’une stagnation, l’Ingénierie/Tertiaire aurait au contraire besoin d’augmenter ses effectifs.

Mais la direction poursuit un autre objectif : elle veut amplifier le recours à la sous-traitance en externalisant entièrement des projets véhicules et mécaniques. Elle veut aussi poursuivre les délocalisations dans les bureaux d’études basés à l’étranger (RTx).

Cette externalisation permettrait à la direction de « supprimer les doublons » (sic), c’est à dire les postes Renault tenus désormais par des sous-traitants ou par des salariés des RTx ayant repris l’activité.

Dans ce cadre, l’Ingénierie/Tertiaire basé en France n’aurait plus qu’un rôle de pilotage, d’où un besoin moins important de salariés.

Et les salaires ?

Le nouvel accord de compétitivité n’augure donc rien de bon en termes d’emplois et de conditions de travail.

Quant à la question des salaires, elle doit être abordée fin novembre dans le cadre de ces négociations.

Vu les bénéfices record de Renault (1,5 milliard de bénéfice net rien qu’au premier semestre 2016), la priorité serait de mettre fin au blocage des salaires imposé depuis l’entrée en vigueur de l’accord compétitivité de 2013.

Une Augmentation Générale des Salaires (AGS) de 300 € par mois (AGS) pour tous les salariés est un impératif minimum.

Il faut également changer d’orientation et développer les activités et les compétences au sein de Renault sas et de ses filiales, ce qui implique de procéder au moins à 7000 embauches en CDI. Ces embauches permettraient de mettre un coup d’arrêt à la dégradation des conditions de travail.

Ces objectifs ne font pas partie des projets de la direction. Les salariés devront les imposer.







Une réaction, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site