ACTUALITÉ - Guyancourt

12 janvier

En 2018, on y va plein SUD !

8 janvier

Déménagement de la Supply Chain à Vélizy

14 novembre 2017

Tract du 14 novembre 2017

14 novembre 2017

Un RTT Collectif victime de la Ryder Cup

24 octobre 2017

Nouveau règlement intérieur : une atteinte à la liberté de pensée


19/10/17 - Tract du 19 octobre 2017

9/10/17 - Tract du 9 octobre 2017

29/09/17 - e-TCR : les points bloquants du nouvel environnement tertiaire

19/09/17 - Tract du 20 septembre 2017

11/09/17 - Tract du 11 septembre 2017

8/09/17 - Mardi 12 septembre, tou(te)s en grève et à la manif !

25/07/17 - La mort tragique d’un ingénieur du Technocentre Renault à Guyancourt

16/06/17 - Le show du roi carlos : pas t’ethique !

9/06/17 - Renault va enfin réparer son Technocentre, mais pas tout de suite…

6/06/17 - Cadres exclus des NAO

10/05/17 - Plein SUD

27/04/17 - 1er mai : le monde du travail doit se faire entendre

20/04/17 - Au menu : plein d’oseille au concentré de prestataires...

28/03/17 - Les bénéfices mettent le turbo, les salaires restent au garage

1/03/17 - Toujours plus d’externalisation avec le « workpackage Projet »

20/02/17 - NAO 2017 : l’illusion déprime

18/12/16 - Une délégation de Renault Bursa au Technocentre

12/12/16 - Tract du 12 décembre 2016

5/12/16 - Tract du 5 décembre 2016

29/11/16 - Tract du 29 novembre 2016

28/11/16 - Rassemblement mardi 29 novembre à 12h dans le hall de la Ruche !

24/11/16 - Tract du 24 novembre 2016

18/11/16 - Tract du 18 novembre 2016

3/11/16 - Tract du 3 novembre 2016

21/10/16 - Tract du 21 octobre 2016

13/10/16 - Accord compétitivité : 2nd round

4/10/16 - Un prestataire du Technocentre sur France Culture

4/10/16 - Tract du 4 octobre 2016

29/09/16 - Elections conseil d’administration : votez SUD !

8/09/16 - Tract du 8 septembre 2016

7/09/16 - Non à l’arrêt des subventions CE pour les retraités

28/08/16 - Appel à projeter « Merci patron ! » : le prestataire de Renault débouté par les prud’hommes

27/07/16 - Compte-rendu de la réunion DP du 5 juillet 2016 (Technocentre)

23/06/16 - Le 23 juin, on prend la Bastille !

14/06/16 - Le 14 juin : tous contre la loi Travail

13/06/16 - Rassemblement le 14 juin à 10h dans la Ruche : contre la loi Travail !

12/06/16 - Un prestataire du Technocentre porte plainte aux Prud’hommes

7/06/16 - Plein SUD n°1

31/05/16 - Délégués du Personnel : réunion du 24 mai 2016

27/05/16 - Retrait de la loi travail : on continue !

25/05/16 - Qui a parlé d’essouflement ?

8/04/16 - Un prestataire du Technocentre viré pour un mail

Tract du 20 septembre 2017

Publié le 19 septembre 2017 par sud tcr


Version imprimable de cet article


NAO ingénieurs et cadres : La justice évite le débat, SUD fait appel !

RAPPEL : Le sort des ingénieurs et cadres passe chaque année à la trappe des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires). Dénoncée depuis toujours par les élus SUD, cette situation insupportable méritait une suite judiciaire.

Car non seulement la direction s’affranchit de toute négociation avec les organisations syndicales centrales, mais ces dernières ne mènent aucun combat pour faire changer les choses !

Certaines s’agitent dans les tracts en s’indignant, c’est le minimum syndical. D’autres ont aussi pris le parti de ne pas signer d’accord NAO en signe de protestation, ce qui est à leur honneur. Et après ?

Encore aurait-il fallut entrainer les salariés dans ce combat qui les concernent au premier chef.

Devons-nous rester résignés devant une direction qui piétine le droit, qui écarte la rémunération des Ingénieurs et Cadres de la négociation collective, en les considérant individuellement à et coup de job grading et de NRR (Niveaux de Responsabilité Renault) ?

Saisir la justice est le dernier moyen de solder ce désaccord constant.

Le syndicat SUD a donc procédé –seul- à une assignation en référé au tribunal de Nanterre le 28 juin dernier.

Malheureusement, le rendu du juge a été incomplet !

A nos demandes :

  • D’organiser une négociation dans l’établissement, compte tenu du fait que Guyancourt est le premier établissement en termes d’encadrement (6 602 cadres, soit 62 % de l’effectif total de l’établissement et 61% des 10 799 cadres tous établissements RENAULT confondus), et que SUD y soit représentatif : la justice nous a débouté !

Cette dernière possibilité est pourtant prévue dans l’article L 2242-5 du code du travail, mais elle reste une faculté de l’employeur.

Rien ne l’y obligeant, la direction de RENAULT préfère donc mener des négociations en central, loin des regards et de toute hostilité syndicale, avec ses partenaires choisis…

  • De constater que la société RENAULT n’intégrait pas la discussion des salaires des ingénieurs et des cadres dans les dernières négociations annuelles : la justice n’a pas répondu !

Malheureusement pour la direction, il en faut davantage pour nous décourager. Exclure les cadres des NAO est un véritable déni de démocratie : SUD continue le combat en faisant appel !


LOI TRAVAIL : A celles et ceux qui pensent être protégés chez RENAULT, ne vous faites pas d’illusions !

La négociation d’entreprise est mise en avant avec cette réforme. Cela veut dire que les droits des salariés seront variables d’une entreprise à l’autre.

Pourquoi dans une entreprise comme RENAULT, le temps de travail, le salaire et les autres éléments de rémunération, la mobilité interne sur l’ensemble des sites ne pourraient pas changer et régresser ?

Parce que les organisations syndicales centrales y veillent ?

Pas vraiment ! N’ont-elles pas déjà signé des accords antérieurs qui nous ont valu un recul des droits pour les congés retraite, le gel des salaires ou encore l’absence de toute prise en compte d’une catégorie des effectifs (comme les Ingénieurs et Cadres dans les NAO) ?

Demain, l’accord d’entreprise primera sur le contrat de travail, ça ne vous fait pas peur ?

Les salariés du Technocentre pensent que leur performance individuelle les met à l’abri du licenciement ou du chômage. Mais cette protection est illusoire. Exemples :

  • Le 3/01/2011, 3 cadres supérieurs sont convoqués dans le bureau du directeur juridique de l’entreprise. Au fur et à mesure de cet entretien, ils découvrent abasourdis qu’on les accuse d’avoir trahi RENAULT et d’espionner au profit des Chinois.
    Ils seront licenciés sans être écoutés. C’est le début d’une retentissante affaire de faux espionnage…
  • Le 1/01/2014, 7 salariés expérimentés dans la conduite de la chaufferie du TCR sont changés de poste avec une perte de 1000€/mois sur leur rémunération. Ils n’ont commis aucune faute, la direction de RENAULT a juste décidé d’externaliser leur activité.
  • Le 15/03/2016, un ingénieur prestataire expert en mathématiques appliquées est expulsé de RENAULT pour avoir pris contact avec des syndicalistes.
    Son expertise unique dans la simulation crash ne le sauvera pas et la direction se moque bien de la perte de compétence à cette occasion.
  • Le 23/11/2016, un directeur de programme adjoint perd la vie à la suite à un entretien préalable en vue d’un éventuel licenciement. Jugé et condamné par ses pairs, il avait seulement été jusqu’au bout de la performance individuelle tel que le prône RENAULT. Pas de chance, il deviendra la cible dans un processus défaillant.

On le voit, quand la direction applique ses décisions, rien ne l’arrête. 27 licenciements ont eu lieu sur Guyancourt en 2016. 14 supplémentaires depuis le début de l’année, dont 13 cadres. Et ce ne seront pas les recours prud’homaux dont les plafonds d’indemnisation vont être affaiblis par la nouvelle loi qui inverseront cette tendance.

Le profit immédiat prévaut sur la pérennité des compétences, la direction n’a qu’une ambition : augmenter la marge opérationnelle. Cela passe aujourd’hui par la multiplication des contrats précaires avec 3500 prestataires/jour sur notre établissement, et demain par les contrats de chantier qui apparaitront comme autant de nouvelles embauches RENAULT.

Est-on à l’abri lorsqu’on est peu à peu dépouillé de son métier et qu’on en est réduit au pilotage de la sous-traitance ? Et quel avenir pour nos enfants avec un CDI de chantier ?

Il dépend de chacun de nous d’empêcher ces nouveaux reculs sociaux.

Jeudi 21 septembre, SUD appelle tous les salariés à faire grève et venir manifester.

Rassemblement à 12h dans la Ruche. Départ en car à 12h30 gare
routière avec retour assuré au TCR.

Manifestation à 14h à Paris, de Montparnasse à Place d’Italie

PDF - 693.2 ko
tract n°18
20 septembre 2017






Une réaction, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site