ACTUALITÉ - Guyancourt

14 novembre

Tract du 14 novembre 2017

19 octobre

Tract du 19 octobre 2017

9 octobre

Tract du 9 octobre 2017

29 septembre

e-TCR : les points bloquants du nouvel environnement tertiaire

19 septembre

Tract du 20 septembre 2017


11/09/17 - Tract du 11 septembre 2017

8/09/17 - Mardi 12 septembre, tou(te)s en grève et à la manif !

25/07/17 - La mort tragique d’un ingénieur du Technocentre Renault à Guyancourt

16/06/17 - Le show du roi carlos : pas t’ethique !

9/06/17 - Renault va enfin réparer son Technocentre, mais pas tout de suite…

6/06/17 - Cadres exclus des NAO

10/05/17 - Plein SUD

27/04/17 - 1er mai : le monde du travail doit se faire entendre

20/04/17 - Au menu : plein d’oseille au concentré de prestataires...

28/03/17 - Les bénéfices mettent le turbo, les salaires restent au garage

1/03/17 - Toujours plus d’externalisation avec le « workpackage Projet »

20/02/17 - NAO 2017 : l’illusion déprime

18/12/16 - Une délégation de Renault Bursa au Technocentre

12/12/16 - Tract du 12 décembre 2016

5/12/16 - Tract du 5 décembre 2016

29/11/16 - Tract du 29 novembre 2016

28/11/16 - Rassemblement mardi 29 novembre à 12h dans le hall de la Ruche !

24/11/16 - Tract du 24 novembre 2016

18/11/16 - Tract du 18 novembre 2016

3/11/16 - Tract du 3 novembre 2016

21/10/16 - Tract du 21 octobre 2016

13/10/16 - Accord compétitivité : 2nd round

4/10/16 - Un prestataire du Technocentre sur France Culture

4/10/16 - Tract du 4 octobre 2016

29/09/16 - Elections conseil d’administration : votez SUD !

8/09/16 - Tract du 8 septembre 2016

7/09/16 - Non à l’arrêt des subventions CE pour les retraités

28/08/16 - Appel à projeter « Merci patron ! » : le prestataire de Renault débouté par les prud’hommes

27/07/16 - Compte-rendu de la réunion DP du 5 juillet 2016 (Technocentre)

23/06/16 - Le 23 juin, on prend la Bastille !

14/06/16 - Le 14 juin : tous contre la loi Travail

13/06/16 - Rassemblement le 14 juin à 10h dans la Ruche : contre la loi Travail !

12/06/16 - Un prestataire du Technocentre porte plainte aux Prud’hommes

7/06/16 - Plein SUD n°1

31/05/16 - Délégués du Personnel : réunion du 24 mai 2016

27/05/16 - Retrait de la loi travail : on continue !

25/05/16 - Qui a parlé d’essouflement ?

8/04/16 - Un prestataire du Technocentre viré pour un mail

NAO 2017 : l’illusion déprime

Publié le 20 février 2017 par sud tcr


Version imprimable de cet article


Avec les bénéfices record de 2016, chacun espère beaucoup des annonces NAO.

Non seulement, ces « négociations » ne portent pas sur l’organisation du travail, ni sur l’égalité femmes/hommes et ni sur la qualité de vie au travail comme la loi l’oblige, mais même les promesses de reconnaissance salariale vendues avec l’accord CAP2020 tournent au flop.

Trop tard. Après avoir signé sans contrepartie l’accord Groupe du mois dernier, on se demande comment les syndicats centraux pourraient contraindre la direction sur les NAO !

Fidèle à sa stratégie, la direction brouille les NAO par l’annonce des primes d’intéressement. Qui est encore dupe de cette supercherie visant à masquer la stagnation des salaires ?

Déjà pour 2016, l’exemple de 3,2% d’augmentation étalé dans DECLIC laisse pantois.
En analysant le calcul, on est loin d’une évolution pérenne :

  • l’accroissement de la prime d’intéressement représentait environ 1,8%, et l’inflation 0,2%,
  • dans sa démonstration, RENAULT a inclus aussi sa participation à une mutuelle imposée : pour un revenu d’environ 3 200€, cette participation qui n’est pas un cadeau représente 1,2% du salaire…

Ou comment justifier 3,2% d’augmentation après avoir somptueusement enterré les AGS !

Pour 2017, la direction remet le couvert avec une annonce à 2%. Après le mirage, l’atterrissage risque d’être bien douloureux pour les salariés :

  • Privé d’AGS, difficile d’avoir une évolution de carrière. Et quand les résultats seront moins bons… terminées les primes ! Place aux sacrifices pour satisfaire les actionnaires, qui d’ailleurs vont cette année toucher 931 millions d’euros reversés en dividendes, contre 183 millions reversés aux salariés.
  • Lorsque l’employeur s’affranchit de cotisation sociale grâce aux primes d’intéressement, ce sont les caisses des organismes sociaux qui se creusent. Nous payons de notre poche nos dépenses de santé, le chômage de nos enfants, et nous partons de plus en plus tard en retraite avec une pension amoindrie...

Ceux qui signent les accords salariaux NAO et intéressement, participent à la destruction des acquis : AGS, évolution de carrière, mais aussi des caisses de retraite, des assurances chômage, de la sécurité sociale, pour le plus grand profit des gros actionnaires (plus 30% d’augmentation cette année) et des cadres dirigeants.

Les primes se multiplient au détriment de l’évolution du salaire de base !

Les syndicats CFE-CGC, CFDT et FO sont solidaires avec la direction. Les accords qu’ils signent avec elle pour l’obtention de ces primes, reposent sur la logique implacable de productivité.

SUD refuse cette logique de rémunération conditionnée à toujours plus d’efforts, nous mettant en compétition entre salariés, avec un isolement et une individualisation forcenée qui fragilisent beaucoup d’entre nous.

Pour espérer gagner plus, il faut courber l’échine et être flexible. Et moins on se « déconnecte », plus on sera dans le moule du Technocentre.

Pousser la performance et les plans éco, à la limite de la réglementation, restent des exigences intangibles.

Si le personnel craque ou si le résultat n’est pas au rendez-vous, la direction retire son soutien. Et quand ça se termine mal, nos patrons ont l’ironie de faire la comparaison avec un footballeur qui s’effondre sur le terrain : « Nous n’y sommes pour rien, il avait une insuffisance personnelle ! »

Les accords salariaux actuels font obstacle au droit à une vie privée et discréditent ceux qui se contentent de faire leurs heures de travail en priorisant leur santé et leur famille.

Exemples : les évènements tels que le congé paternité, le congé sans solde pathologique ou parental, les absences pour accident de trajet ou maladie, les absences autorisées non payées pour grossesse ou procréation sont exclues du calcul des primes d’intéressement…

Tout cela a été validé dans l’accord central 2014 !

Où se trouve le rattrapage des inégalités salariales femmes/hommes dans les NAO ? Nulle part !

Une année d’efforts pour quoi ? Mais surtout pour qui ?

Nous vendons notre force de travail dans le cadre d’un contrat de respect mutuel et de reconnaissance, et non par allégeance et sacrifice sur l’hôtel de la productivité au profit des actionnaires.

En 2017, de combien va encore s’augmenter Carlos Ghosn ?

SUD revendique une politique salariale où l’employeur assure pleinement sa responsabilité en payant son dû de cotisations sociales.

Refusons collectivement la course à l’échalote des primes !
Exigeons une augmentation uniforme de 300€/mois pour tous !
Exigeons une politique salariale de solidarité !

Certains pensent que 300€/mois pour tous, c’est beaucoup, voire impossible ? Un petit calcul :

  • 300€ X 2 (salaire + cotisations sociales) x 12 mois x 44 700 salariés du groupe Renault sas = 321 millions d’euros
  • Rappel du versement aux actionnaires en 2017 = 931 millions d’euros

Bilan des mesures salariales 2017

Télécharger le tract du 20 février 2017







Une réaction, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site