ACTUALITÉ Social


28 août

17 septembre : une rentrée sociale offensive !

12 juin

Toutes et tous mobilisés le 16 juin !

1er mai

Premier mai partout !

23 mars

Le Droit du travail remis en cause au nom de l’ugence sanitaire

6 mars

Le 8 mars, et toute l’année !


4/02/20 - Manifestation du 6 février contre la réforme des retraites

15/01/20 - Réforme des retraites : le projet de loi du gouvernement

10/01/20 - Comment parler à un mur ?

4/01/20 - Grève générale à l’appel du Collectif SOS retraites

20/12/19 - Pas de retrait, pas de trêve

12/12/19 - Mardi 17 décembre : tous en grève et en manif !

21/11/19 - Stop à la casse des emplois dans l’industrie

12/11/19 - Retraites : tous en grève le 5 décembre !

29/10/19 - Manif du 24 septembre 2019

19/09/19 - Le 24 septembre, en grève pour nos retraites

22/08/19 - Chine : mobilisation des travailleurs de l’automobile

24/06/19 - Pour un « tous ensemble » contre les licenciements et les fermetures d’entreprises

19/06/19 - Jusqu’au-boutisme de La Poste dans le conflit des Hauts-de-Seine

19/05/19 - Non à la répression syndicale à PSA Poissy

5/03/19 - Fonderies du Poitou : Stop à la casse sociale

8/02/19 - Manifestation du 5 février à Paris

4/02/19 - Appel interprofessionnel à la grève le 5 février

12/01/19 - Décès d’un camarade de combat

14/11/18 - Taxes sur les carburants : qui les paient vraiment ?

9/10/18 - Appel à la grève mardi 9 octobre 2018

29/09/18 - Salaire, retraite, Sécu... : manifestons le 9 octobre 2018 !

1/09/18 - Ford Blanquefort : les salariés mobilisés contre la fermeture du site

1/09/18 - Vers une nouvelle réforme des retraites injuste et inégalitaire

8/06/18 - Ford Blanquefort : les larmes d’un salarié à l’annonce du plan social

8/06/18 - PSA Vesoul : « c’est 37h45 ou la porte »

21/05/18 - CAC40 : des profits sans partage

19/05/18 - Mardi 22 mai 2018 : c’est le jour du « tous ensemble » !

18/05/18 - Samedi 2 juin : pour le retrait du projet de loi Asile Immigration

17/05/18 - Samedi 26 mai : pour une « marée populaire » !

24/04/18 - Tous à la manifestation du 1er mai !

23/04/18 - SUD Renault verse aux caisses de grève des cheminots et des postiers

17/04/18 - Grève et manifestation interprofessionnelle jeudi 19 avril

5/04/18 - Solidarité avec les cheminots en lutte

27/03/18 - Non au licienciement de Gaël Quirante (SUD Poste 92)

20/03/18 - Public, privé, cheminots... : Tous ensemble le 22 mars !

20/03/18 - Débrayages à Bosch Rodez

3/03/18 - Ford doit maintenir l’activité et les emplois

16/02/18 - PSA : 2.3 % d’augmentation de salaire en 2018

31/01/18 - Bosch Rodez : non aux suppressions d’emplois !

12/01/18 - Les Ford en justice pour avoir défendu leur emploi

17/11/17 - 5 mois de prison avec sursis requis pour 9 militants CGT de PSA Poissy

14/11/17 - Rassemblement de soutien aux 9 militants CGT de PSA Poissy qui risquent la prison

14/11/17 - Grève et manifestation jeudi 16 novembre contre la politique de Macron

18/10/17 - Photos de la manif du 10 octobre

28/09/17 - Privé-Public : tous ensemble le 10 octobre

22/09/17 - Vu à la manif du 21/09 contre les ordonnances Macron

16/09/17 - Retrait des ordonnances Macron : la mobilisation continue

5/09/17 - Non aux ordonnances Macron/Pénicaud

29/08/17 - Université du MEDEF : Nos patrons se réunissent, invitons-nous !

10/07/17 - Des ordonnances pour « rénover » le Code du Travail : entre illusions et archaïsmes

26/06/17 - Code du Travail : le détail des ordonnances du gouvernement Macron

25/06/17 - Rassemblement mardi 27 juin à Paris contre la casse du Code du travail

21/06/17 - Non à la liquidation de GM&S : manifestation à Poitiers vendredi 23 juin

17/06/17 - Les salariés de GM&S au Ministère de l’Economie à Paris Bercy

12/06/17 - Casse du Code du Travail : les cibles du gouvernement

7/06/17 - Non aux ordonnances Macron

25/04/17 - 1er mai : contre le FN et la casse sociale de Macron

16/09/16 - Un syndiqué SUD perd un oeil à la manifestation du 15 septembre contre la loi travail

1/07/16 - Loi travail : pourquoi nous demandons son abrogation


Mardi 17 décembre : tous en grève et en manif !

Publié le 12 décembre 2019 par sud tcr

Version imprimable de cet article

Comme on pouvait s’y attendre, le gouvernement s’obstine dans sa réforme des retraites. SUD Renault appelle les salariés du Technocentre à faire grève et à manifester mardi 17 décembre contre le projet de réforme des retraites, pour l’augmentation des salaires et l’arrêt des suppressions d’emplois.


Une banane scotchée sur un mur : cette « œuvre d’art » de Maurizio Cattelan a été vendue 120 000 dollars à Sarah Andelman (une parisienne cofondatrice des magasins Colette)... avant d’être mangée par un visiteur de l’exposition. Et on nous parle de déficits publics et de manque d’argent pour financer les retraites ?!


SUD Renault appelle les salariés du Technocentre à faire grève et à manifester mardi 17 décembre 2019

Manifestation à Paris pour les retraites

  • Départ 13h30 de la Place de la République (jusqu’à Nation)
  • Un bus partira de la gare routière du Technocentre pour aller à la manif (+ retour au TCR).
  • Si vous souhaitez prendre le bus, inscrivez-vous ici !

    Pour financer les retraites,
    il suffirait d’augmenter les salaires
    et d’arrêter les suppressions d’emplois


    Décryptage des annonces du Premier ministre

Le gouvernement modifie l’emballage sans toucher au contenu de sa réforme des retraites

Communiqué de Presse du “Réseau Retraites” (ATTAC, Economistes atterrés, Fondation Copernic, collectif Nos retraites)

Après 2 ans et demi de concertations menées par Jean-Paul Delevoye, Edouard Philippe a « dévoilé », ce mercredi 11 décembre au CESE le projet de réforme des retraites du Gouvernement. Ces annonces ne changent ni l’horizon du gouvernement sur la réforme des retraites, ni ses conséquences pour les retraités actuels et futurs. Décryptage.

Comme on pouvait s’y attendre, Emmanuel Macron et son gouvernement s’obstinent face à la colère et à la mobilisation de masse actuellement en cours. Pour briser la solidarité entre générations, Edouard Philippe n’hésite pas à avoir recours à l’argument le plus méprisable : ne vous inquiétez pas ces mesures ne vous frapperont pas ; elles ne toucheront que vos enfants. Quelle meilleure preuve que la réforme est néfaste, qu’elle n’est pas favorable aux actifs !

Mais les personnes qui ne seront pas concernées par la réforme “à points” seront concernées par des nouvelles mesures de baisse, via l’instauration d’un âge “d’équilibre” à 64 ans dès 2027.

Alors que E. Philippe affirme que le système “financera un haut niveau de solidarité”, ce qui nécessiterait un financement bien plus important qu’aujourd’hui compte tenu des inégalités actuelles à corriger, la part de solidarité sera simplement maintenue à son niveau actuel, au début de la mise en œuvre. Comme elle sera sortie du système de retraite pour être financé par l’impôt, il y a fort à craindre que cette part soit rapidement rognée au nom des baisses de dépenses publiques.

Nouvel “âge d’équilibre” pour les plus de 47 ans (nés avant 1975), réforme à points pour les autres, tout le monde reste perdant !

Malgré les aménagements quant aux générations concernées par le système à points ou par des économies de court-terme, il n’y a pas d’évolution sur le plafonnement du financement des retraites à 14% du PIB... voire une baisse de cette part.

Les personnes qui ne seront pas concernées par le système à point seront fortement touchées par l’autre partie de la réforme : les économies à court terme, et notamment par un nouvel âge d’équilibre fixé à 64 ans en 2027. Toute personne qui partira avant cet âge subira une décote, quel que soit son nombre d’annuités. La nouvelle décote sera calculée en prenant le plus défavorable de deux critères pour chacun, entre durée de cotisation, et écart à cet âge d’équilibre. Une perte qui peut se chiffrer en centaines d’euro par mois. Et ce dès les prochaines générations.

Les générations nées après 1975 seront concernées par le nouveau système à point, calibré pour ajuster les pensions à la baisse à mesure que l’espérance de vie s’allonge. Ainsi, la réforme ne s’appliquera qu’aux personnes nées en 1975 et après, soit en 2037. D’ici là, dès 2022, les jeunes cotiseront au nouveau régime, ce qui veut dire que pendant 17 ans, les régimes existants vont être de plus en plus déficitaires, de plus en plus dans la main de l’Etat.

La conséquence de ces choix : une baisse des taux de remplacements brutale et plus forte que celle prévue par les précédentes réformes.

Des garanties en trompe l’œil :

  • L’indexation du point ne garantit pas le niveau des pensions

L’annonce de l’indexation de la valeur des points acquis sur les salaires se veut rassurante. Mais le niveau des pensions (niveau de la retraite par rapport au dernier salaire) n’est en aucun cas garanti. Ce qui importe n’est pas la valeur du point (qui n’est qu’un indice), mais le “taux de remplacement”, c’est à dire la part de pouvoir d’achat qu’on conserve lorsqu’on passe de l’emploi à la retraite. Et celui-ci va baisser, plus fortement qu’aujourd’hui. Ce que le gouvernement fait mine de garantir avec la valeur du point, il le reprend avec une décote variable.

  • Un minimum de pension à 1000€ (pour une carrière complète) pour les uns, la capitalisation pour les autres ?

Avec une baisse massive du niveau des pensions, une partie écrasante de la population française sera logée à la même enseigne : le nouveau « minimum de pension » à 1000€ (pour une carrière complète). Toutes les personnes n’atteignant pas l’âge pivot ou ayant une carrière incomplète auront beaucoup moins. C’est un des « alibis sociaux », les gagnants de la réforme : celles et ceux qui pourront prétendre au minimum après une vie de travail. Par ailleurs le gouvernement utilise les femmes comme alibi de la réforme en n’hésitant pas à les qualifier de “grandes gagnantes”, alors même que leurs droits et leur autonomie financière sont gravement menacés par de nombreuses dispositions (prise en compte de toute la carrière, pension de réversion dégradée, abandon des majorations de durée d’assurance pour les enfants). Pour les personnes pouvant se le permettre, il s’agira désormais de se tourner vers la capitalisation privée, grandement facilitée par le gouvernement et son Plan Epargne Retraite. Ce sont d’immenses opportunités pour les fonds de pensions, largement défiscalisés, et donc autant de manque à gagner pour les caisses de l’Etat.

En clair, ces annonces confortent le cœur de la réforme qui concerne tous les actifs du pays, soit la réduction du niveau des retraites dans notre système solidaire et un effet d’éviction vers les solutions de capitalisation privée. Dans le détail beaucoup de flou persiste sur la réelle prise en compte de la diversité des situations et des carrières. Les centaines de milliers de grévistes et de manifestant·e·s réuni·e·s depuis le début du mouvement semblent plus que jamais déterminés à continuer le mouvement, dès demain jeudi 12 décembre, et ce jusqu’au retrait définitif de son projet de réforme.

Le “Réseau Retraites”


Toujours plus mobilisé-es pour gagner !

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF et UNL constatent que le mouvement contre le projet de réforme des retraites s’est inscrit depuis le 5 décembre dans la durée avec notamment des reconductions importantes de grève et avec l’entrée de nouveaux secteurs professionnels dans les actions de grève, de débrayages et de mobilisation.

La journée du 10 décembre a été un nouveau temps fort de cette mobilisation avec de nouveaux salarié-es du privé et davantage de jeunes.

L’opinion publique ne se laisse ni abuser par les opérations médiatiques du Gouvernement, ni par les tentatives d’opposer les uns aux autres. Les organisations syndicales dénoncent toutes entraves au droit de grève et de manifestation plus particulièrement envers les jeunes.

La synthèse des concertations rendue publique lundi n’a pas apporté d’éléments nouveaux depuis le mois de juillet. Les organisations syndicales pointent la responsabilité du gouvernement sur la situation sociale. C’est pourquoi, elles attendent que lors de sa prise de parole, le premier Ministre tienne compte du rejet massif exprimé par les mobilisations du projet de régime universel à point et retire ce dernier. Elles confirment leur appel à l’ouverture de réelles négociations sans préalable sur la base des propositions des organisations syndicales pour le renforcement et l’amélioration du système actuel par répartition, solidaire et intergénérationnel.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF et UNL appellent l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève y compris reconductible là où les salarié-es le décident. Elles appellent à organiser des actions de grève et de manifestations localement le 12 décembre, puis le week-end, et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grèves et de manifestations.

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL, UNEF et UNL du 10 décembre 2019




Une réaction, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site