ACTUALITÉ - Social

17 avril

Grève et manifestation interprofessionnelle jeudi 19 avril

5 avril

Solidarité avec les cheminots en lutte

27 mars

Non au licienciement de Gaël Quirante (SUD Poste 92)

20 mars

Public, privé, cheminots... : Tous ensemble le 22 mars !

20 mars

Débrayages à Bosch Rodez


3/03/18 - Ford doit maintenir l’activité et les emplois

16/02/18 - PSA : 2.3 % d’augmentation de salaire en 2018

31/01/18 - Bosch Rodez : non aux suppressions d’emplois !

12/01/18 - Les Ford en justice pour avoir défendu leur emploi

17/11/17 - 5 mois de prison avec sursis requis pour 9 militants CGT de PSA Poissy

14/11/17 - Rassemblement de soutien aux 9 militants CGT de PSA Poissy qui risquent la prison

14/11/17 - Grève et manifestation jeudi 16 novembre contre la politique de Macron

18/10/17 - Photos de la manif du 10 octobre

22/09/17 - Vu à la manif du 21/09 contre les ordonnances Macron

29/08/17 - Université du MEDEF : Nos patrons se réunissent, invitons-nous !

10/07/17 - Des ordonnances pour « rénover » le Code du Travail : entre illusions et archaïsmes

29/06/17 - GM&S : une catastrophe sociale à mettre au compte du nouveau gouvernement

26/06/17 - Code du Travail : le détail des ordonnances du gouvernement Macron

25/06/17 - Rassemblement mardi 27 juin à Paris contre la casse du Code du travail

21/06/17 - Non à la liquidation de GM&S : manifestation à Poitiers vendredi 23 juin

17/06/17 - Les salariés de GM&S au Ministère de l’Economie à Paris Bercy

7/06/17 - Non aux ordonnances Macron

16/09/16 - Un syndiqué SUD perd un oeil à la manifestation du 15 septembre contre la loi travail

1/07/16 - Loi travail : pourquoi nous demandons son abrogation


Débrayages à Bosch Rodez

Publié le 20 mars 2018 par cmo

Version imprimable de cet article


En raison de l’avenir incertain de ses 1 600 emplois, l’usine Bosch de Rodez refait la une de l’actualité. Depuis lundi 19 mars, une série de débrayages est organisée sur le site. Un plan d’investissement sur trois ans de 500 millions d’euros dans l’essence serait à l’origine du mouvement contestataire, le site ruthénois n’en touchant pas un sou.


Elle est à Rodez ce qu’Airbus est à Toulouse« , d’après Jean-Louis Chauzy, le président du Conseil économique, social et environnemental régional d’Occitanie (Ceser, nldr). En effet, l’usine du groupe allemand Bosch installée en banlieue ruthénoise depuis 1970 est le premier employeur privé du département de l’Aveyron avec ses 1600 emplois et 10 000 emplois indirects. Et depuis très tôt lundi 19 mars, »La" Bosch comme elle est appelée sur place, fait l’objet de débrayages successifs et d’un barrage filtrant.

« Nous avons appris récemment que le groupe Bosch compte investir sur trois ans une enveloppe de 500 millions d’euros dans le domaine de l’essence dans le monde entier. L’intersyndicale a donc rencontré mercredi 14 mars la direction France-Benelux pour lui remettre un courrier à transférer à la direction du groupe à Stuttgart, en Allemagne, où nous demandons une part du gâteau. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ! », lance Yannick Anglares, secrétaire CGT de l’usine Bosch à Rodez.

PDF - 213.5 ko
Tract Intersyndical Bosch Rodez

D’après les représentants des salariés, la tension serait montée d’un cran sur place suite à cette découverte, le site ruthénois étant mis à l’écart de ce plan d’investissement. Spécialisée dans la fabrication des systèmes d’injections pour moteurs diesel, l’intersyndicale et les salariés se battent depuis plusieurs mois pour sauver les emplois du site, ou du moins la majorité.

Des négociations qui n’avancent pas

Vendredi 26 janvier dernier, le président de la division Diesel Monde de Bosch, Uwe Gackstatter, était sur place pour faire des annonces concernant l’avenir de l’usine ruthénoise. Le groupe Bosch s’était dit prêt à investir 14 millions d’euros pour moderniser l’une des deux lignes de production que compte l’usine, si un accord de compétitivité est signé par les salariés avant le mois d’avril. Ce choix aura des conséquences sociales puisque l’arrêt de la seconde ligne de production d’ici 2020 pourrait entraîner la suppression de 300 à 400 emplois, selon l’intersyndicale de l’usine.

Problème, depuis cette visite, les négociations n’ont que très peu avancé. L’équipementier allemand propose le maintien d’une grande partie des emplois en l’échange d’un chômage partiel pour ses salariés. Mais le groupe ne s’engage ni sur un volume de production, ni sur un plan de diversification industrielle de l’usine comme demandé par les 1600 salariés, les élus locaux et le gouvernement français. La dépendance au marché du diesel pour ce site n’étant plus possible.

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui a pris la main sur ce dossier, a rencontré l’intersyndicale, les élus locaux dont Jean-Louis Chauzy, à l’Assemblée Nationale la semaine dernière pour tenter de débloquer la situation. Une réunion qualifiée de « positive » par ses participants.

« À l’issue de la réunion, nous avons convenu d’adresser une lettre commune à Volkmar Denner, président du conseil de surveillance de la société Bosch, afin d’obtenir un rendez-vous au siège à Stuttgart », a réagi le président du Ceser par communiqué vendredi 16 mars.
Sans avancée prochaine sur les négociations en cours au sujet de l’usine de Rodez, l’intersyndicale se dit prête à durcir le mouvement comme le blocage total de l’usine. En attendant, mardi 20 mars, un mouvement de contestation (tracts, grèves, etc) a lieu sur tous les sites Bosch en France en solidarité à « La » Bosch de l’Aveyron.

La Tribune (Toulouse) du 20 mars 2018







Une réaction, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site