CR réunions DP - Guyancourt

14 juin

Réunion DP Technocentre du 6 juin 2017

18 mai

Réunion DP Technocentre du 16 mai 2017

24 avril

Calendrier 2017 des réunions DP Technocentre

13 avril

Réunion DP Technocentre du 4 avril 2017

14 mars

Réunion DP Technocentre du 7 mars 2017


1/03/17 - Réunion DP Technocentre du 7 février 2017

16/01/17 - Réunion DP Technocentre du 10 janvier 2017

14/12/16 - Réunion DP Technocentre du 6 décembre 2016

7/12/16 - Réunion DP Technocentre du 22 novembre 2016

18/10/16 - Réunion DP Technocentre du 11 octobre 2016

27/09/16 - Réunion DP Technocentre du 20 septembre 2016

22/07/16 - Réunion DP Technocentre du 5 juillet 2016

17/06/16 - Réunion DP Technocentre du 7 juin 2016

7/06/16 - Réunion DP du Technocentre du 24 mai 2016

17/04/16 - Réunion DP du Technocentre du 5 avril 2016

8/03/16 - Réunion DP TCR du 1er mars 2016

19/02/16 - Réunion DP TCR du 9 février 2016

26/01/16 - Réunion DP TCR du 14 janvier 2016

19/01/16 - Réunion DP TCR du 8 décembre 2015

19/01/16 - Novembre 2015

19/01/16 - Octobre 2015

8/10/15 - Juillet 2015

8/10/15 - Juin 2015

8/10/15 - Mai 2015

8/10/15 - Avril 2015

8/10/15 - Mars 2015

8/10/15 - Février 2015

30/01/15 - Janvier 2015

20/12/14 - Décembre 2014

28/11/14 - Novembre 2014

14/10/14 - Octobre 2014

28/09/14 - Septembre 2014

11/07/14 - Juillet 2014

30/06/14 - Juin 2014

22/05/14 - Mai 2014

25/04/14 - Avril 2014

25/04/14 - Mars 2014

25/04/14 - Février 2014

25/04/14 - Janvier 2014

28/01/14 - Décembre 2013

28/01/14 - Novembre 2013

29/10/13 - Octobre 2013

8/10/13 - Septembre 2013

23/07/13 - Juillet 2013

21/06/13 - Juin 2013

28/05/13 - Mai 2013

21/04/13 - Avril 2013

15/03/13 - Mars 2013

28/02/13 - Février 2013

18/02/13 - Janvier 2013

18/02/13 - Décembre 2012

8/12/12 - Novembre 2012

25/10/12 - Octobre 2012

9/10/12 - Septembre 2012

7/08/12 - Juillet 2012

11/06/12 - Juin 2012

7/05/12 - Mai 2012

7/04/12 - Avril 2012

14/03/12 - Mars 2012

20/02/12 - Fevrier 2012

8/02/12 - Janvier 2012

2/12/11 - Décembre 2011

Octobre 2013

N° de question QUESTIONS REPONSES DE LA DIRECTION
65070 / 10.13 / 11 Jours prime de vêtements de travail (SUD)

La direction ne souhaite plus que ces 2 jours, jadis capitalisés dans le CTI, ne puissent continuer à l’être. Ainsi donc ces jours non utilisés avant la fin 2013, seraient perdus.

Or ces jours ne sont mis à disposition des salariés concernés dans les CTI qu’au mois de janvier de l’année suivante. Ainsi les 2 jours 2013 ne seraient à disposition qu’en janvier 2014, c’est-à-dire après avoir disparus pour ne pas avoir été utilisés. Il y a donc un bug administratif, qu’il convient de supprimer.

SUD propose 2 solutions et réclame :

1. Que les jours de prime de vêtements de travail soient maintenus dans le CTI en supplément des 15 jours maxi.

Ou

2. Que ces 2 jours soient mis à disposition au début de l’année en cours et non à la fin de cette dernière.

Les jours prime vêtements de travail ne sont plus capitalisables et sont désormais payés chaque mois (cf. réponse à la question précédente 65070/10.03/10, soit :

Dorénavant les 2 jours correspondant sont payés. En septembre, les collaborateurs ont eu une régularisation prenant en compte depuis le 1er janvier. La prime liée aux vêtements de travail est désormais payée chaque mois.

Le montant de la prime est de 0,94€ par jour travaillé. Ce montant est uniforme et figure dans les barèmes de rémunération consultables sur déclic).

65070 / 10.13 / 15 Jours de congés principaux perdus (SUD)

Lorsqu’un salarié en arrêt pour maladie ou accident du travail ne peut prendre ses congés principaux, ces derniers, s’il en fait la demande, sont capitalisés dans le CTI.

La direction souhaitant limiter à 15 jours maxi, le CTI, se pose donc le problème du risque d’écrêtage donc de perte de jours de congés pour un salarié n’ayant pu prendre ses congés à son retour, soit pas manque de temps, soit parce que la hiérarchie rechigne à voir repartir en congés, un salarié absent les semaines précédentes.

SUD réclame que pour ce cas de figure, les jours de CP non pris pour raison médicales soient capitalisés dans le CTI en supplément des 15 jours, comme cela est prévu par ailleurs pour les salariés de retour de congés maternité ou d’adoption.

Extrait, chapitre 2.3. « Règles sur les congés » applicable au 01/07/2013 :

« Si le/la salarié(e) est rentré(e) de congé maternité ou adoption après la fin de période de prise des congés d’été fixée par l’établissement, les congés qui n’auraient pu être pris au 31 décembre de l’année sont reportés sur l’année suivante pour être pris au maximum dans les 12 mois qui suivent sa date de retour. »

Lorsque le salarié revient de maladie après la période de congé annuel, ses jours principaux sont alors reportés pour l’année suivante dans son capital temps individuel après l’écrêtage (idem congé maternité).
65070 / 10.13 / 18 CTI et Temps Partiel (SUD)

Depuis la création du compte transitoire, le solde du CTI doit être de 15 jours maximum au 31/12 sans perte pour le salarié.

SUD réclame d’avoir la confirmation que ce solde maximum est identique pour les salariés à temps partiels.

Le solde du CTI ne peut excéder 15 jours chaque fin 31 décembre jusqu’à l’année 2016 pour tout collaborateur travaillant à temps plein. Ce plafond est identique pour les collaborateurs à temps partiels, il n’est pas proratisé.
65070 / 10.13 / 19 CTI et congés réservés (SUD)

La grande offensive lancée par la direction pour la chasse aux congés trouve sur le terrain de curieuses traductions qui ne font qu’accroître, au mieux l’incompréhension. On y trouve pêle-mêle des alertes locales sur les risques de pertes de jours de CP fin 2013 (y compris pour les salariés en arrêts maladie durant tout l’été), des pertes de jours d’ancienneté et enfin une réduction du droit à la capitalisation dans le CTI par les jours de 5ème semaine bloqués par la direction en fin d’année. Extrait d’un des courriels :
« …le solde des Congés Annuels intègre les congés réservés établissement pour couvrir les congés de fin d’année. En conséquence le « risque de perte CA » ci-dessus est égal à : « solde CA - congés réservés établissement ». Ce sont ces jours qui devront être pris sous forme de congés d’ici fin 2013 »

SUD réclame qu’un point soit fait en instance sur le fait que les jours de 5éme semaine imposés en fin d’année ne réduisent pas la capacité de capitalisation du CTI voulue à 15 jours par la direction.

Les jours de la 5ème semaine seront posés, saisis et pris en fin d’année. De ce fait, ils ne pourront basculer dans le capital temps individuel.
65070 / 10.13 / 20 Ecrêtage CTI (SUD)

La direction a annoncé vouloir écrêter les soldes de CTI supérieurs à 15 jours au 1er janvier 2014.

Les soldes actuels des CTI sont constitués dans leur quasi-totalité d’heures de congés acquises avant la signature de l’accord qui permettrait l’écrêtage.

SUD réclame de connaître l’argument juridique qui permettrait à la direction de pouvoir réaliser la suppression pure et simple de jours de congés capitalisés à une époque où le CTI n’avait aucune limite.

A la mise en place du compte transitoire, le solde de capital temps individuel est de 10 jours maximum. Les autres jours ont été transférés dans le compte transitoire, ainsi aucun jour n’a été supprimé.
65070 / 10.13 / 21 Capitalisation dans le CTI (V3) (SUD)

Notre réclamation a été faite depuis plus de 2 mois (questions juillet 65070/07.13/15 et septembre 65007/09.13/9). La réponse de la direction reste : « en cours de documentation par les équipes centrales »

SUD réclame toujours de connaître les textes précis de références (dénonciations d’accords, code du travail, convention collective, etc.) sur lesquels la direction s’appuie pour imposer aux salariés, l’annulation du droit de pouvoir capitaliser les types de jours suivants :

1. Fin de carrière (58 ans)

2. Préparation à la retraite

3. Jours UPA

4. Congés détente

5. Jours prime de vêtements de travail

6. Repos compensateur

7. Heures supplémentaires

8. Heures complémentaires pour les temps partiels

L’accord du 13 mars 2013 a annulé les accords locaux et les usages qui sont contraires aux textes de l’accord sur la couverture sociale.
65070 / 10.13 / 33 Mutuelle (SUD)

L’accord national signé par quelques organisations syndicales prévoyait la possibilité d’imposer une mutuelle obligatoire à chaque salarié. Depuis, des informations contradictoires ont circulé sur la légalité du coté obligatoire en l’absence d’un accord spécifique.

Renault proposant déjà une mutuelle soumise à l’accord du salarié, SUD réclame qu’un point soit fait sur un éventuel chantier en cours sur le sujet, ou le maintien des dispositions de l’actuelle mutuelle.

Même réponse qu’à la question précédente (65070/10.13/32), soit :

1- L’accord compétitivité du 13 mars 2013 prévoit le délai de mise en œuvre en son article 6.2. S’agissant d’un accord collectif, les organisations syndicales seront les premières informées du début des travaux :

« C’est dans ce contexte que sera examinée la mise en place d’une couverture d’assurance complémentaire de frais de santé pour tous dans les 18 mois suivant la signature du présent accord ».

2- Le contenu en sera connu après négociation.

3- La loi prévoit la possibilité de dérogation à l’affiliation obligatoire si le salarié est déjà couvert en tant qu’ayant droit de son conjoint marié, pacsé ou concubin.

65070 / 10.13 / 34 Prévoyance (SUD)

La loi évoluant ces derniers temps, SUD réclame de savoir si les cotisations liées aux contrats passés entre la direction et Axa et Ionis pour la prévoyance sont incluses dans le report de fiscalisation vers les salariés.

Le Projet de Loi de Finance pour 2014 soumet à l’impôt sur le revenu le complément de rémunération constitué par la prise en charge par l’employeur d’une partie des cotisations aux régimes de prévoyance santé d’entreprise, assimilable à un avantage en nature. Les cotisations salariales versées aux régimes de prévoyance d’entreprise restent déductibles de l’impôt sur le revenu. Cette mesure ne s’applique pas aux cotisations des contrats prévoyance gros risque (décès, incapacité, invalidité).
65070 / 10.13 / 41 Précisions pour la DA (SUD)

SUD réclame d’avoir dans le cadre de la DA, les précisions suivantes :

A) Un salarié qui a signé une DA a-t-il des droits à une demande de logement dans E Logis.

B) Un salarié souhaitant partir en DA courant 2014 doit-il solder son CTI avant sa DA ou bien peut-il se faire payer la totalité de son CTI ?

A) Les salariés bénéficient d’e-logis tant qu’ils sont à l’effectif. Les collaborateurs en dispense d’activité peuvent donc accéder à e-logis.

B) Les jours seront indemnisables à la sortie du dispositif de Dispense d’Activité pour le départ en retraite. Le collaborateur peut s’il le souhaite utiliser ses jours de capital temps individuel pour compléter sa rémunération pendant la dispense d’activité.

65070 / 10.13 / 44 Job grading, une communication à revoir (SUD)

Dans un courriel envoyé ces jours ci, Monsieur BILLIG indique, extrait :

« L’approche Job Grading doit effectivement permettre une meilleure visibilité sur les parcours professionnels au sein du Groupe. Chaque cadre a eu connaissance du positionnement de sa fonction (on parle bien des fonctions et non des personnes). Pour la prochaine étape, les RH métiers sont précisément en train de mener un travail qui permettra aux collaborateurs de connaitre et de mieux visualiser les Niveaux de Responsabilité Renault (NRR) de fonctions repères ».

Une rapide enquête de terrain nous montre que si des cadres ont eu connaissance du positionnement de leur fonction, ils ne doivent pas être nombreux.

SUD réclame :

1. De savoir pourquoi contrairement à ce qui indiqué dans le courriel, tous les cadres n’ont pas eu cette information.

2. La procédure à suivre pour avoir accès à ces infos.

Une nouvelle information sera lancée auprès des GMRH pour s’assurer du bon déploiement auprès de chaque collaborateur concerné par le job grading.
65070 / 10.13 / 48 DA et GPEC (SUD)

SUD réclame de connaître le nombre par catégorie, de salariés ayant quitté le site depuis la mise en place de la GPEC et de la DA.

Pour le Technocentre, à fin septembre :

Retraite = 82 cadres + 239 Etam

GPEC = 298 cadres + 237 Etam + 2 ouvriers

65070 / 10.13 / 63 DIF et procédure

Quelle est la procédure pour faire une demande de formation au titre du droit individuel à la formation (acteurs, étapes, délais…) ?

En cours de documentation.
65070 / 10.13 / 64 DIF et alimentation du compteur

Comment le compteur DIF est-il alimenté ?

Le DIF s’acquiert le 1er janvier de chaque année à hauteur de 20 h / an et plafonné à 120 heures.
65070 / 10.13 / 66 Campagne nationale de lutte contre le cancer du sein (SUD)

Les femmes représentant 20% des effectifs de salariés sur notre site, SUD réclame :

1. De savoir si les secteurs médicaux et de communication du site vont se joindre à la campagne nationale de lutte contre le cancer du sein initié par le ministère de la santé au mois d’octobre :
http://www.gouvernement.fr/gouverne...

2. Si oui, quels sont les moyens de communications prévus (info déclic, sensibilisation par le service médical, etc…)

3. Si non, de connaître les raisons du refus.

Des actions ciblées de communication sont menées en collaboration avec les services de santé au travail.

Des actions de dépistage et de communication sur des sujets de santé publique sont envisagées. Il existe de nombreuses affections pour lesquelles le service de santé au travail envisage de communiquer à tour de rôle : cancer du sein, du colon, maladies cardiovasculaires, diabète.... Le thème du cancer du sein n’a pas été retenu cette année et le choix a été porté sur des consultations gratuites de dermatologie au sein du SST dans le cadre du dépistage du cancer de la peau.

Cependant, il est de l’activité du médecin de traiter ce sujet avec les salariées qu’ils rencontrent. Mais en aucun cas, l’entreprise se doit de relayer tous les messages de santé publique, même si elle les soutient.

65070 / 10.13 / 67 Invitation Service Santé au Travail (SUD)

Régulièrement le Service Santé au Travail propose aux salariés des dépistages dermatologiques et des sessions de maîtrise des gestes de secours.

Malheureusement seules les personnes qui appellent l’infirmerie dès la réception du mail d’invitation sont inscrites.

SUD réclame la mise en place de créneaux de plusieurs jours afin que les personnes ne pouvant pas avoir accès à leurs courriels immédiatement, aient quand même la possibilité de s’inscrire à ces sessions.

Nous prenons note de votre demande mais les places disponibles sont très souvent fonction de la disponibilité des dermatologues.
65070 / 10.13 / 68 Etude sieste (SUD)
Depuis le début de l’année 2013, une étude portant sur les bienfaits de la sieste est menée avec des volontaires au service médical. Si les résultats s’avéraient concluants, cette possibilité serait étendue à l’ensemble des salariés.

SUD réclame :

A) De savoir si les conclusions de l’étude sont connues

B) Dans l’hypothèse d’une synthèse positive, quelles sont les dispositions prévues sur :

1. La localisation des espaces réservés à la sieste

2. Les horaires d’ouverture

3. Les conditions requises pour qu’un salarié puisse y accéder

4. De savoir si le temps de sieste est intégré au temps de travail

5. Si non, comment les calculs horaires seront effectués

6. Si un hiérarchique peut s’opposer à ce qu’un salarié bénéficie de temps de sieste.

Les conclusions de cette étude sont en cours de diffusion à la DREAM, et il n’y a pas à ce stade de décision actée sur la suite.

A ce jour, la mise à disposition des locaux de sieste, en dehors de l’étude récente menée par la DREAM, est en cours de réflexion.

Le service médical réfléchit sur la poursuite et la transversalisation de la mise à disposition de ces locaux.

A ce jour, la sieste est proposée uniquement dans le cadre de l’étude expérimentale DREAM. La localisation des salles de sieste est toujours opérante dans les mêmes conditions.

Le temps de sieste n’est pas intégré dans le temps de travail effectif.

65070 / 10.13 / 69 Matériel pour aménagement de poste (SUD)

En juin 2013 lors d’une visite effectuée au service médical, il avait été acté par le médecin du travail qu’un salarié munis de ses résultats d’examens, avait besoin d’un siège spécifique adapté à son état de santé.

Le salarié a envoyé un courriel de relance au début septembre, sans retour à ce jour.

SUD réclame de connaître :

A) Les délais actuels d’attente entre les demandes initiales des médecins pour une étude ergonomique du poste et la clôture des dossiers avec l’installation du matériel spécifique.

B) Le nombre d’ergonomes en poste sur le site

C) Le nombre de dossiers de ce type en attente

D) Le nombre de dossiers de ce type traités par l’ergonome ces 2 dernières années.

E) Où le nombre des interventions sur le terrain de l’ergonome apparait dans le rapport médical annuel.

NB : Il ne s’agit pas au travers de cette question de porter un jugement de valeur sur la qualité du travail de l’ergonome en poste actuellement, mais au contraire, de réclamer à la direction des moyens supplémentaires, afin de réduire les délais d’attente qui prouvent à eux seuls le besoin de ce type d’expertise.

Ces questions sont de l’ordre du CHSCT.

A) Pour une étude de poste dite standard (avec le support Fiche d’Intervention Ergonomique) l’attente est de 8 à 10 jours maximum.

Pour une étude de poste dite spécifique (collaborateurs présentant des troubles et des douleurs et entrainant donc la mise à disposition d’équipements spécifiques) les dossiers des collaborateurs sont traités en priorité (délai : 3 à 5 jours maximum).

B) Il y a un ergonome pour le EIF qui s’appuie sur des relais (les correspondant SSECT et assistantes volontaires dans les Directions, sensibilisés aux principes ergonomiques de l’aménagement de poste par l’ergonome, le Service de Santé) et sur des interlocuteurs privilégié (notamment Implantation, fournisseurs, Informatique)

C) Il n’y a pas de dossier avec une attente supérieure aux délais annoncés.

D et E) Concernant les interventions, les chiffres sont compilés au niveau du Bilan Accessibilité et Aménagement des postes de travail et non dans le rapport médical annuel.

- Accessibilité aux équipements et aux partie commune pour les personnes handicapées et le personnel à aptitude réduite pour l’ensemble des sites : 15 chaises d’évacuations, 12 plateaux restaurants, 1 salle LSF pour malentendant …

- Actions spécifiques pour les personnes handicapées et le personnel à aptitude réduite (IPP, MP, RQTH) : 74 personnes.

- Actions de prévention pour les personnes présentant des troubles et des douleurs : 370 personnes.

65070 / 10.13 / 70 Mise à jour outil sur intranet (SUD)

Sur intranet (suivi de mon temps de travail) figure un petit outil permettant aux salariés concernés par les horaires variables de calculer leur heure de sortie en fonction de celle de leur arrivée. Cet outil est resté paramétré à 7h 28 et cela ajoute de l’incompréhension à une mécanique déjà complexe.

SUD réclame la mise à jour rapide à 7h21.

Cette demande est prise en compte et l’outil de calcul est accessible dans Déclic.
65070 / 10.13 / 77 Prestataire restauration (SUD)

SUD réclame d’avoir confirmation d’un appel d’offre lancé pour la prestation restauration, fin d’année 2013.

Aucun appel d’offre n’est envisagé cette année.
65070 / 10.13 / 84 Prestation pool véhicules (SUD)

Fin octobre 2013, les 5 salariées de la société Pénélope effectuant la gestion des véhicules du pool seront remplacées par du personnel Vestalia. Ceci est évidement dommageable pour les salariées concernées, mais aussi pour les utilisateurs, puisque les hôtesses actuelles ont une très bonne connaissance du poste et de son environnement.

SUD réclame :

1. De savoir pourquoi ces 5 salariés ne possèdent à priori pas le même statut que les autres salariées Pénélope de l’accueil, gérées depuis avril 2013 par Renault.

2. Que la situation des 5 salariées Pénélope du pool véhicules soit réexaminée, afin que ces dernières conservent leur poste sur le site du TCR. Ceci dans leur intérêt, comme pour celui des utilisateurs de véhicules.

Un contrat a été passé entre Renault et Vestalia concernant la gestion des véhicules de pool. C’est donc à Vestalia de décider du personnel gérant les véhicules de pool.
65070 / 10.13 / 85 Manque de véhicules pool (SUD)

Il est difficile voir quasi impossible de pouvoir réserver un véhicule au pool du vendredi matin pour le lundi.

Selon les semaines, la demande le vendredi peut poser problème même pour le mardi. Les besoins de déplacements ne sont pas toujours programmables plusieurs jours à l’avance. Une bonne réactivité face à un problème de mise au point ou d’industrialisation fait partie du quotidien de certains salariés du site.

Le pool semble bien avoir des problèmes à satisfaire des demandes sur un délai court. De plus, pour certaines fonctions, la réorganisation induit une augmentation des déplacements, donc des demandes véhicules supplémentaires.

SUD réclame :

1. Qu’une synthèse soit faite sur les demandes qui n’ont pu être satisfaites ces derniers mois

2. Une augmentation du parc véhicule afin de pouvoir intégrer les situations liées aux exemples évoqués.

A fin septembre, le taux de service des véhicules de pool est en moyenne de 98,02% (98,07 pour la ruche, 96,39 pour le Gradient et 99,59 pour Breuil). Il n’est pas envisagé à ce jour d’augmenter le nombre de véhicules du parc.
65070 / 10.13 / 87 Réorganisation de la médiathèque (SUD)

Depuis la réorganisation de la médiathèque, la gestion des comptes se fait par le badge Renault, servant également à comptabiliser et à contrôler les horaires de travail ainsi que le paiement aux cantines.

Se pose le problème de l’accumulation sur un seul support de données professionnelles pour les horaires d’entrées/sorties du site et de données personnelles sur le choix des plats, orientations culturelles (DVD, CD et livres) et heures de passages à la médiathèque.

Pour respecter les consignes de la CNIL et satisfaire au respect des informations personnelles, il est évident que ces 2 types de données ne peuvent être gérées ni utilisées de la même manière.

SUD réclame :

1. D’avoir confirmation que toutes les données autres que les entrées/sorties du site, ayant été déclenchées par le passage du badge devant un lecteur ne puissent être utilisées par une autre entité que celle où le salarié s’est présenté.

Exemple : que les heures de passage et le choix des plats pour la cantine ou les horaires et le choix des ouvrages empruntés à la médiathèque ne puissent être accessibles à la direction ou utilisés par le CE à des fins commerciales (mailing).

2. De connaître les temps de stockage de chaque type d’infos sur le ou les serveurs. Ainsi que la dénomination (société ou entité) ayant accès à ces données.

Votre question a été transmise au correspondant Renault S2N.
65070 / 10.13 / 88 Manque d’éclairage à tous les niveaux (SUD)

Les 23 et 24 septembre, les salariés arrivant sur le site avant la lever du jour, ont du se déplacer des parkings à leur lieu de travail dans l’obscurité la plus complète. De plus, les véhicules en mouvement sur le site avaient la plus grande difficulté à tenter d’apercevoir des piétons. Les risques d’accidents étaient donc grands.

SUD réclame :

1. D’avoir des explications sur la nature du dysfonctionnement.

2. Qu’une solution d’éclairage réduit du type « sortie de secours, dans les bâtiments » soit étudiée pour l’extérieur afin de garantir un minimum de sécurité lors de panne importante, toujours possible.

Il s’agissait du remplacement d’un câble qui alimentait les espaces extérieurs, situation qui arrive aussi sur le domaine publique.
65070 / 10.13 / 89 Annonce météo (SUD)

Dans le clic info du 20 septembre, la rubrique actualité nous proposait un bon WE, et nous souhaitait d’en profiter parce que météo France avait annoncé un WE ensoleillé.

Pour pouvoir profiter d’un week-end, le beau temps ne suffit pas, il faut aussi avoir l’esprit serein. Or pour bon nombre de salariés du site, la réorganisation a généré de très vives inquiétudes que le manque chronique de communication n’est pas prêt d’apaiser. Le ciel s’assombrit de semaine en semaine, ne serait-ce que pour les salariés Renault de la DE-T. Et ce bulletin-là ne figure pas dans les annonces météo de la communication.

Bon nombre de salariés sont attachés au respect de leur vie privé et ne tolèrent pas les conseils de leur employeur sur l’utilisation de leur temps libre. D’autant que les contraintes de plus en plus nombreuses imposées par la direction sur les prises de congés, montrent tout au long de l’année, le peu d’importance accordée par cette dernière, à la qualité de vie.

Pour toutes ces raisons, SUD réclame d’éviter ce type de maladresse et de réserver la communication pour répondre aux questions posées par les salariés depuis de longs mois.

Nous transférons votre demande au service communication.
65070 / 10.13 / 90 Espaces verts (SUD)

A la signature de l’Alliance, Nissan a offert à Renault des bonzaïs, symbole de la supériorité de l’homme sur la nature et code d’honneur cher aux Japonais.

Ces bonzaïs n’ayant pas tenu le coup, ont été remplacés par un sapin conique et un buis en boule (visible par les fournisseurs et prestataires passant par l’entrée de l’Avancée)

Ces arbustes ne sont pas plus entretenus (sapin devenu roux, buis devenu jaune)

SUD réclame de savoir si l’entretien des espaces et décors végétaux est toujours d’actualité.

L’entretien de ces plantes est toujours inclus au contrat et cela a été rappelé au prestataire en charge de ces plantes.
65070 / 10.13 / 97 DE-T (SUD)

Nous avons alerté la direction lors des instances DP précédentes sur le climat et les très fortes inquiétudes ressenties par les salariés Renault de la DE-T quant à leur avenir au sein de cette direction.

La direction avait annoncé en juillet que ce point serait vu en CE au mois de septembre. Or, l’ordre du jour du CE du 27 septembre indique que ce point fait partie des questions reportées à une date non programmée et qu’il ne s’agit que d’une présentation. De plus, l’ordre du jour établi pour le CE de septembre indique que l’instance n’a pris que la matinée de 9 à 12 h. Il y avait donc largement la possibilité d’aborder les problèmes de la DE-T, l’après-midi.

Beaucoup de salariés Renault de cette direction nous demandent de remonter les messages suivants :

1. Une présentation de cette direction ne répond pas aux problèmes posés.

2. Il est très important de bien dissocier l’avenir de la direction et celui des Renault qui la composent.

Les 2 ne vont pas de paires.

3. Le taux de sous-traitance en constante augmentation au fil des mois, couplé au fait que la direction refuse pour l’instant d’évoquer les problèmes en CE indique bien un passage en force

4. Les propos tenus sur le terrain par des responsables de cette direction traduisent bien l’état d’esprit de certains managers et le manque total de considération pour des salariés qui travaillent depuis des dizaines d’années chez Renault.

SUD réclame qu’un point soit fait en urgence avec les représentants du personnel sur le devenir des salariés Renault au sein de cette direction.

Le message a été entendu par la direction concernée. Une demande a été transmise à Mr Verdier afin qu’il puisse intervenir en Comité d’Etablissement. A ce jour, aucune date n’est encore fixée.
65070 / 10.13 / 99 Commandes café (SUD)

Dans la plupart des directions, les commandes de café de type Lavazza qui “habituellement” était imputées sur le compte du service ont été supprimées. Ces mêmes commandes étaient aussi par “habitude” gérées par le secrétariat du service.

Les habitudes restent, on constate encore des commandes gérées par le secrétariat du service mais payées par chaque salarié (utilisation de fichier commun sur e-room). Ceci occasionne une charge de travail supplémentaire pour les assistantes dont la fonction est remise en cause par la réorganisation.

Il devient nécessaire de faire une « mise à jour » sur ce sujet.

SUD réclame qu’un message soit passé afin que les assistantes qui le souhaitent, ne soient plus obligées d’assurer la gestion des commandes des doses de café.

Les assistantes qui le souhaitent peuvent arrêter de prendre en charge cette activité, qui n’est sans lien avec leur activité professionnelle.

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site