Des salariés de Renault Lardy ne veulent plus travailler la boule au ventre

Publié le 20 mars 2020 par sud tcr - Mis à jour le 24 mars 2020

Version imprimable de cet article

Des salariés Renault et prestataires, obligés de venir chaque jour sur le site de Renault Lardy dans l’Essonne malgré les consignes de confinement, demandent la suspension des activités à Renault Lardy.


Adresse des salariés obligés de venir travailler sur le site de Renault-Lardy dans le cadre de l’épidémie de Covid-19

Depuis maintenant une semaine, nous sommes tenus de venir travailler sur le site d’ingénierie de Renault-Lardy. Nous sommes plus de 250, salariés Renault et prestataires, obligés de venir chaque jour sur ce site alors que le confinement est la solution scientifique privilégiée par tous les spécialistes pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Pourtant, nos activités ne sont absolument pas de première nécessité pour la population puisque nous travaillons sur le développement de véhicules ou des moteurs qui seront produits dans plusieurs mois.

Pendant que 1500 salariés du site de Lardy sont confinés chez eux, en télétravail ou en arrêt, il nous est demandé de venir travailler en contact avec des dizaines de personnes, voire plus, pendant plusieurs heures par jour.

La majorité d’entre nous effectue des travaux manuels, notre travail n’est donc pas compatible avec le télétravail. Nous nous sentons traités comme du bétail, à qui l’on oblige de prendre le risque quotidien d’attraper ce virus et aussi de contaminer notre famille, dont des personnes fragiles.

Plusieurs d’entre nous ont dû menacer d’exercer leur droit de retrait pour obtenir des protections de base (gants, masques, produits de désinfection, etc.). Mais ces « solutions » n’en sont pas car il nous est impossible d’éviter les contacts avec d’autres salariés pendant des heures tous les jours. Certains d’entre nous sont d’ailleurs obligés de venir en transport en commun.

Par ailleurs, alors qu’une pénurie de matériel de protection est connue dans les secteurs de première nécessité face à l’épidémie, nous trouvons anormal d’en utiliser pour des activités loin d’être prioritaires. Des appels sont même lancés pour que les entreprises envoient du matériel aux hôpitaux.

De plus, le travail est totalement désorganisé, nous sommes parfois obligés de venir sur le site sans même avoir de travail à effectuer.

La direction de Renault ainsi que les directions des entreprises sous-traitantes prétextent la priorité de certains projets, dont ceux liés aux normes EU6d-full. Mais il serait simplement de bon sens de décaler ces normes de quelques semaines en attendant que l’épidémie soit jugulée.

Nous demandons la suspension des activités du site de Renault-Lardy afin d’éviter que des centaines de salariés prennent des risques quotidiens dans le cadre de l’épidémie de Covid-19.

Notre santé, celle de nos familles et plus largement celle de l’ensemble de la population, doivent primer sur les profits de quelques-uns.

Des salariés de Renault, de Segula, d’AVL, de FEV, d’Actemium, de MCA, travaillant sur le site de Lardy

Adresse soutenue par les syndicats CGT et SUD Lardy

Contact presse :

  • Florent GRIMALDI : 06-82-20-43-24
  • Mickaël LHUILLERY : 06-13-86-43-24



Une réaction, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site