Prime exceptionnelle : Renault fait le minimum

Publié le 12 janvier 2019 par cmo

Version imprimable de cet article


Le 10/12/2018, face à la colère des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a demandé aux entreprises « qui le peuvent » de verser à leurs salariés une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée de cotisation sociale. Plusieurs grands groupes ont aussitôt annoncé qu’ils verseraient cette prime.

Le 14/12, un communiqué de la direction annonçait que Renault verserait également cette prime, mais sans en fixer ni le montant ni les critères.

En soulignant que c’est bien la détermination des Gilets jaunes qui a permis d’obtenir cette prime, l’Union syndicale SUD Renault a écrit à la direction générale pour demander son versement à tous les salariés, ainsi qu’une hausse générale de salaire de 300 € par mois et l’instauration d’un 13ème mois.

Depuis, le projet de loi a été voté par l’Assemblée Nationale et le Sénat fin décembre 2018 :

  • « Pour les salariés ayant perçu en 2018 une rémunération inférieure à trois fois la valeur annuelle du salaire minimum de croissance [SMIC] calculée pour un an sur la base de la durée légale du travail, la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat bénéficie de l’exonération prévue […], dans la limite de 1 000 € par bénéficiaire ».
  • La loi prévoit que cette prime ne peut en aucun cas se substituer à des augmentations ou primes prévues par un accord salarial, le contrat de travail ou les usages de l’entreprise.

Ce plafond de revenus (53 945 euros brut en 2018) exclut la majorité des Cadres et certains ETAM, mais rien n’empêche la direction de verser une prime à tous les salariés, en la soumettant à cotisations et à impôt.

Vendredi 11 janvier, la direction a enfin dévoilé ses intentions.

Sauf que cette prime sera ridicule chez Renault :

  • Rémunération annuelle brute* inférieure à 36 000 euros ( 2 Smic) : prime de 500 € net d’impôts et charges
  • Rémunération annuelle brute* supérieure à 36 000 euros et inférieure à 54 000 € (entre 2 et 3 Smic) : prime de 300 € net d’impôts et charges

* Calcul sur la base de la Rémunération annuelle brute Sécurité Sociale

  • La prime sera déterminée au prorata de la durée de travail prévue au contrat de travail et du temps de présence dans l’entreprise sur l’année 2018
  • Date de versement : bulletin de janvier 2019 pour Renault s.a.s / pour les filiales : 1er trimestre 2019 selon une date qui sera précisée dans les médias locaux

En plein scandale sur les révélations de dissimulation de revenus, d’abus de biens sociaux et d’évasion fiscale de Carlos Ghosn, mettant en cause également d’autres dirigeants de Renault et de Nissan, voilà comment la direction traite notre pouvoir d’achat !

La question des salaires reste donc posée, avec l’ouverture des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) dans les prochaines semaines.
Sommes-nous prêts à nous mobiliser ?






Une réaction, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

SUD Renault 2016 - Tous droits réservés pour les textes et les images - plan du site